Act'UEVE - Université d'Evry - Val d'Essonne
Février 2012- N 56  

Serge Slama

Protectionnisme ou rayonnement international ?

le choix s’impose

Face au tollé soulevé auprès des acteurs de la mobilisation, le ministre de l’Intérieur a modifié le 12 janvier dernier la circulaire du 31 mai 2011, dite « circulaire Guéant ». L’on peut s’étonner de l’esprit de ce texte qui vient durcir les conditions d’accès des meilleurs étudiants étrangers au rayonnement international de la France à l’heure où le grand emprunt matérialise cette volonté gouvernementale…

Alors que plusieurs diplômés d’Evry sont directement concernés par cette circulaire (voir encadrés), Serge Slama, maître de conférences à l’Université d’Evry spécialiste du droit des étrangers, en décrypte les conditions d’assouplissement.
 
« Il existe deux possibilités pour obtenir une carte « salarié ». La première, ouverte aux étudiants inscrits au moins en master 2, est de solliciter, quatre mois (!) avant la fin du cursus, une autorisation provisoire de séjour de 6 mois sur la base d’un projet de retour. Le changement de statut est accordé pour une première expérience professionnelle avec une promesse d’embauche à 1,5 fois le SMIC. Souhaitant favoriser cette procédure, les ministres indiquent dans la circulaire du 12 janvier 2012 que les étudiants peuvent présenter une attestation commune de l’université et de l’employeur, certifiant qu’il existe une adéquation entre le diplôme et l’emploi.
 
Ce serait le sésame pour une régularisation par les préfectures de ces étudiants « victimes » de la circulaire du 31 mai. En attendant, ils bénéficient d’un « moratoire » des OQTF (obligation de quitter le territoire français) prises depuis le 1er juin 2011.
 
La seconde voie est la procédure de changement de statut mais, dans ce cas, la situation de l’emploi est opposable. La circulaire du 12 janvier prévoit la possibilité de l’assouplir dans quelques cas. Environ 6 500 étudiants changent de statut chaque année mais plusieurs milliers font l’objet d’un refus et sont malheureusement obligés de quitter la France. »
 
Pour aller plus loin, consultez le blog de Serge Slama, Combats pour les droits de l’homme, sur la plateforme du journal Le Monde.
 

«Circulaire Guéant», deux diplômées d’Evry témoignent
Marianne Freeman et Diem Huan (les noms ont été modifiés, les témoins souhaitant garder l’anonymat), toutes deux fraîchement diplômées du master Finance, font cruellement les frais de la circulaire Guéant. La tutrice de stage de Marianne fait actuellement son possible pour débloquer la situation afin que sa « protégée » décroche le poste pour lequel elle a candidaté au sein d’un grand groupe bancaire français. « Les entreprises sont tout autant que nous victimes de cette circulaire. Je suis actuellement en négociation avec mon potentiel recruteur et je commence à entrevoir une issue favorable mais rien n’est encore gagné car cette loi a rendu les entreprises frileuses, à raison ».
Quant à Diem, elle a choisi de retourner en Chine le 15 février dernier. Un prestigieux organisme bancaire se rétracte après lui avoir proposé un poste en CDD. « C’est l’une des plus brillantes étudiantes de la promotion », précise Jérôme Glachant, responsable de la filière. « J’aurais pu étudier dans un pays anglo-saxon, raconte Diem, mais j’ai choisi la France pour la richesse de son patrimoine et son ouverture d’esprit. Je pensais retourner en Chine dans un délai de 4 à 5 ans pour pouvoir renforcer les liens avec des sociétés françaises depuis mon pays. Je suis déçue de devoir partir maintenant mais je ne regrette pas mon choix car je sais que d’autres pays m’ouvriront leurs portes. » Espérons que les jeunes diplômés français, de plus en plus nombreux à être attirés par la croissance bondissante de l’Empire du Milieu, ne connaîtront pas le même sort de la part du gouvernement chinois qui pourrait, à son tour, durcir les conditions d’accès à son territoire…

www.univ-evry.fr | Contacts Université d'Evry-Val-d'Essonne Boulevard François Mitterrand - 91025 Evry